Présidente d'honneur : Hélène Roger-Vasselin
Cercle pour l'aménagement du territoirevalide W3C
Président : Hervé NORA
Siège social
14 rue de la Tour
75116 - PARIS
Pierre Mirabaud dialogue avec le Cercle
lors de l’Assemblée Générale du 23 mars 2005


Accueillant Pierre Mirabaud, nouveau Délégué à l’aménagement du territoire, lors de l’Assemblée Générale du 23 mars 2005, Hervé Nora, Président du Cercle, a tout d’abord rappelé que la vitalité du Cercle ne s’était pas démentie en 2004. Avec 6 réunions – débat, un voyage d’étude à Madrid, 4 numéros de la Lettre du Cercle totalisant en tout 28 articles, et la rénovation et le référencement du site du Cercle (www.cpat.asso.fr), 2004 a en effet été une année d’intense activité.
Hervé Nora a profité de ce bilan pour remercier Pierre Mirabaud pour son hospitalité avant de résumer les attentes et les préoccupations des membres du Cercle venus nombreux pour l’écouter :
-    quelle peut-être, aujourd’hui, une politique d’aménagement du territoire dans le cadre de la décentralisation et de l’Europe ?
-   quel peut-être le rôle du Cercle pour aider à la définition et à la mise en œuvre de cette politique ?
En réponse aux propos de bienvenue d’Hervé Nora, Pierre Mirabaud rappelle tout d’abord que la Datar, instrument essentiel de la politique gouvernementale d’aménagement du territoire, tient en partie sa force dans le réseau des Datariens.
Ce ne sont en effet ni son budget, ni son pouvoir prescriptif, mais avant tout son influence et sa capacité à animer et dynamiser le travail des autres qui peuvent en faire un outil efficace.

A ce titre, le Cercle pour l’aménagement du territoire est, pour la Datar et pour son Délégué, l’une des voies leur permettant de garder un lien à la fois amical et actif avec ceux qui ont œuvré et continuent à œuvrer pour l’aménagement du territoire.
Pierre Mirabaud rappelle ensuite que la Datar est et restera une « maison du Premier Ministre »
car c’est une condition qui lui est nécessaire pour vivre et pour être efficace. Cette proximité du Premier Ministre lui permet d’être influente et de garantir la pérennité de la politique d’aménagement du territoire. Son rattachement au ministre chargé de l’aménagement du territoire d’avoir une incarnation au sein du gouvernement, un pilote politique de son action et un portage de ses politiques.

Cette politique, Pierre Mirabaud la définit en deux mots simples et forts : solidarité et compétitivité. Solidarité entre les territoires afin d’assurer à toutes leurs populations ce à quoi elles ont droit. Compétitivité pour conforter les territoires, pour progresser et pour être capable de conduire les politiques de solidarité nécessaires.
En matière de compétitivité, Pierre Mirabaud cite deux exemples, celui des pôles de compétitivité et celui de la politique de coopération métropolitaine. Pour ce qui est des pôles de compétitivité, dont le but est de développer et renforcer les relations entre les entreprises, les centres de recherche et de formation et les collectivités locales, 750 M€ seront consacrés aux réponses retenues à l’appel à projet. L’intérêt de la presse et de grands responsables témoigne de la pertinence du concept (« oui, il y a une piste » ont déclaré de nombreux responsables). 105 dossiers ont été déposés. Parmi les clés de choix des dossiers, la visibilité internationale et la qualité des projets de coopération seront des critères forts.
La politique de coopération  métropolitaine vise, elle, à renforcer les territoires métropolitains français, pas aussi structurés et, donc, pas assez forts par rapport à ceux de nos voisins européens. Là aussi, la qualité des dossiers laisse présager du succès de ces actions.
En matière de solidarité, Pierre Mirabaud donne également deux exemples des politiques mises en œuvre, celui de l’équipement en téléphonie mobile et celui des services au public.
Dans le premier cas, le rôle de la Datar est d’inciter, de pousser, éventuellement d’accom-pagner financièrement, puis de se retirer lorsque les choses sont bien enclenchées. La DATAR a apporté 30 M € pour mieux couvrir le territoire.
Pour ce qui est des services au public (terme plus large que celui de « services publics ») dans les territoires où il y a moins de personnes à servir alors que les budgets de l’Etat connaissent les difficultés que nous savons, il s’agit avant tout de coordonner les différents acteurs nationaux et locaux et de stimuler l’imagination, de trouver, d’inventer les bonnes pratiques et de les faire connaître. Des expériences sont en cours dans quinze départements pilotes, par exemple dans les domaines de la médecine, de la petite enfance, des personnes âgées, (domaines plus essentiels que celui des trésoreries), expériences fondées sur un important effort en matière de pédagogie et sur une réflexion de fond sur « quels services veut-on ou doit-on rendre », par opposition à « combien avons-nous de fonctionnaires à utiliser ».

Ces expériences de services au public ne doivent pas relever du saupoudrage, mais d’une organisation permettant de donner toutes leurs chances à tous les territoires, aussi bien de conforter les forts que de permettre aux plus fragiles de vivre dans les meilleures conditions.
Nous avons donc toujours besoin d’une politique d’aménagement du territoire conclut Pierre Mirabaud. Mais d’une politique qui prenne en compte les grands changements que connaît la France d’aujourd’hui. Changements dans les responsabilités respectives de l’Etat et des collectivités territoriales ; évolution des modes de vie et donc des besoins à satisfaire ; équipements plus diversifiés.
Nous avons toujours besoin d’une politique d’aménagement du territoire car la cohésion nationale et territoriale est plus que jamais nécessaire.
Les moyens à mettre en œuvre pour une telle politique se situent en premier lieu au niveau interministériel, où il s’agit de dépasser les clivages sectoriels, de décloisonner les administrations, de « casser » le chacun pour soi. Ils relèvent ensuite d’un approche territoriale et concrète des problèmes visant, entre autres, à faire comprendre aux administrations centrales que les régions sont différentes et ne peuvent être « traitées » de façon uniforme et unique, que seule la connaissance et la prise en compte des besoins réels peuvent permettre d’agir avec efficacité.

Hervé NORA

© Cercle pour l'Aménagement du Territoire
14, rue de la Tour - 75116 Paris
Contact : contact@cpat.asso.fr