Roland Hureaux
LES NOUVEAUX FÉODAUX

HORS SÉRIE CONNAISSANCE GALLIMARD .  256 pages - 16,50 €

La décentralisation est devenue le pont aux ânes de la pensée politique française. Le gouvernement actuel l'exalte comme la «mère des réformes». Décentraliser paraît aller de soi. Tout en récusant un jacobinisme dépassé, l'essai tonique de Roland Hureaux met en cause ces évidences.
Contrairement à ce que l'on entend répéter, il y a belle lurette que la France n'est plus un État centraliste. Les corporatismes, que la Révolution avait cru éliminer, fleurissent. Le cumul des mandats a donné presque partout la réalité du pouvoir à de grands féodaux, anciens ou futurs ministres, maires de grandes villes, présidents de conseils régionaux et généraux. Le système clientéliste qu'il favorise pèse sur les dépenses publiques. Comment dès lors prétendre démultiplier les pouvoirs locaux sans entraîner une hausse des prélèvements obligatoires déjà très élevés dans notre pays ?
Pourquoi donc réaliser des réformes qui ne sauraient qu'aggraver les maux dont souffre notre pays, se demande l'auteur. Serait-ce que les nouveaux féodaux, désormais sûrs de leur pouvoir, ne songent plus qu'à l'accroître au détriment d'un État garant de l'intérêt général, ou n'est-ce qu'un simple effet du vide abyssal de la pensée politique ? Les deux hypothèses ne sont pas nécessairement contradictoires.

LES NOUVEAUX FÉODAUX. Le contresens de la décentralisation [2004], 256 pages, 140 x 205 mm. Hors série Connaissance, Gallimard -etu. ISBN 2070734900. Parution : 19/02/04.

   Rechercher dans le catalogue général :
  - Autres titres de l'auteur